Les deux romans qui sortent en février sont tous deux l'histoire d'une quête: celle de l'amour ou plutôt celle de la part manquante, comme dans le mythe de l'androgyne ( tout le monde cherche la part manquante, bien rares sont ceux qui la trouvent!) dans Dialogue avec mon mainate, celle de la femme parfaite, de la femme idéale dans Au sculpteur de rêves.

La vie est toujours une quête.  Amour, fortune, gloire, reconnaissance, paix, tendresse, amitié, Dieu etc... Et cette quête peut confiner parfois à la folie. C'est là, pour un romancier, qu'elle devient intéressante.

Quand on écrit un roman, on a le pouvoir de vie ou de mort sur nos personnages. On les fait naître ou mourir, on les emmène dans des lieux improbables, on leur donne telle ou telle apparence, qualité, défaut. Ils sont nos jouets mais ils nous échappent parfois, souvent pour vivre une vie que l'on découvre au fil des pages. Parfois avec étonnement, parfois avec contrariété mais ils ont raison de vouloir nous échapper! Ils sont à notre image, ils se révoltent parfois contre une autorité par trop contraignante. Et nous, auteurs, sommes d'épouvantables dictateurs!



Il est des rencontres qui sont miraculeuses.

Et tout s'enchaine si vite que tout semble tourner autour de vous dans un maelstrom étrange qui fascine et effraie un peu. 

Un immense merci à Caroline Jacotin, à Dominique Simon et à André Israël.

A moi maintenant de mériter leur confiance.


Février 2019. Deux romans vont paraître aux Éditions ENCRE ROUGE. Dialogue avec mon mainate et Au sculpteur de rêves. Deux romans très différents. Le premier, où l'humour, qui cache toujours une fragilité, vous conduira, dans une poursuite infernale mais aussi dans une quête d'amour. Le deuxième qui se passe essentiellement à Naxos, dans les Cyclades, est une quête de la femme idéale... Un roman sur la beauté des femmes mais aussi sur la beauté de l’Égée, cette mer chargée d'Histoire et de mythes.


Merci à André Israël, des Éditions ENCRE ROUGE qui va éditer deux titres en février : DIALOGUE AVEC MON MAINATE et AU SCULPTEUR DE RÊVES.

 

J'apprécie la chance immense  qui m'est donnée de travailler avec un éditeur qui croit en ses auteurs.

Écrire, c'est libérer des émotions. Louis Ferdinand Céline disait que le plus important c'était d'abord de faire naître l'émotion. Je partage totalement.

Faire naître l'émotion par les mots qu'il faut savoir choisir, qui viennent souvent d'eux-même, qu'il faut disposer dans la phrase. Des  mots qui peuvent être violence ou douceur, des mots qui font rire, sourire ou pleurer, des mots qui doivent toujours devenir musique et suggérer des images, des situations. Des  mots que le lecteur s'approprie et qui viennent libérer ses propres émotions.