Quelques réflexions personnelles ...

Début mars 2019.

Étrange société où l'on rencontre aussi bien des saints que des assassins. Des êtres extraordinaires et des pourris, des sans-scrupule, et des généreux.

Étrange société où des femmes et des hommes savent donner de leur temps aux autres, aider les enfants hospitalisés, accompagner les malades, s'occuper des personnes âgées avec humanité et bienveillance, avec amour même. Des bénévoles par millions dans les associations, des bénévoles désintéressés, généreux, ouverts aux autres, tolérants.

Étrange société où montent la haine, le racisme primaire, mais il est toujours primaire, où renaît l'antisémitisme, où la violence devient la solution à tous les maux, où les mots grossiers, où l'irrespect deviennent langage et attitude de plus en plus admis, tolérés, excusés.

Étrange société où la violence intolérable des puissances financières,  des grands groupes comme Bayer, Total, et des centaines d'autres n'est jamais punie par la Justice alors qu'ils tuent la vie et l'espoir, qu'ils sont ignoblement irrespectueux envers hommes et Nature, parfois, souvent assassins en puissance, volontairement assassins par esprit de lucre. Ces richesses accumulées par quelques milliers d'individus sont une immense et intolérable provocation.

Étrange société où les libertés individuelles sont de plus en plus restreintes, supprimées les unes après les autres au nom d'un pseudo-interêt collectif, au nom le plus souvent d'un fabuleux progrès  que sont les nouvelles technologies. 

Étrange société où des millions d'êtres humains sont prêts à accepter au nom d'une fausse sécurité une dictature sur les corps et les esprits.

Étrange société que racontent films et romans. Écrire, c'est observer, traduire, transcrire, alerter, prévenir, tenter de guérir, s'indigner et faire s'indigner, se révolter ou appeler au secours. Écrire c'est dire la vie pour en partager émotions et révoltes.

Romans, films, pièces de théâtre, poèmes, chansons, musiques sont le reflet de la vie.

Écrire commentaire

Commentaires: 0